Disponible

Je me lève à la même heure tous les jours. Mon premier geste : attraper mon smartphone pour me rendre aux toilettes. Ensuite, je bois un café et parcours les news. Je consulte mon compte touitteur (@GrandeOurseBlog). Y a-t’il des réactions à mon dernier post ? Est-ce que j’existe ? Pas vraiment. Le temps passe. Je me prépare en vitesse et pars au travail.

J’adore les sollicitations, peu m’importent lesquelles, j’ai toujours mon smartphone à portée de main. Recevoir une pub me fait plaisir. Je ressens beaucoup de joie à commander toutes sortes de choses en ligne, c’est un peu comme recevoir des cadeaux.

Avec facebouk, instagrime, ouatsap, on garde le contact avec ses amis. Même plus besoin de les voir. Tant mieux, car il devient difficile de caser une soirée avec les activités de chacun. À la place, je passe mon temps au fil des notifications, à consulter et à lire et relire des messages.

En plus, la vraie vie, comment dire ? C’est plus plat, moins passionnant que son miroir virtuel. De la routine, solitaire, aux couleurs fades. Tout demande un effort, de la concentration. Je préfère revenir sur les réseaux sociaux, acheter des objets, suivre des cours en ligne, voir des vidéos, conforter ma vision du monde, relayée et répétée dans un infini écho.

Le monde me fait peur, il y a des guerres, de la criminalité, des maladies. Le monde change, les GAFAM prennent nos données et le pouvoir, j’ai lu un post là-dessus sur facebouc, c’est vraiment inquiétant. D’entendre et de lire que des gens pensent comme moi me rassure et c’est moins fatigant que de passer la soirée en famille. D’ailleurs, que ferait-on ? Après le souper, chacun se retranche derrière son écran, la soirée se déroule tranquillement.

En fait, ce qui serait vraiment pratique, c’est de les avoir dans la rétine, les GAFAM, pour ne plus être obligé de quitter son smartphone. Tout avoir toujours sur soi, sans craindre d’oublier un mot de passe ou que les accus soient vides. Être enfin libre.

Mes sources d’inspiration:

Le livre de Bruno Patino: La civilisation du poisson rouge: petit traité sur le marché de l’attention

Le blog de Solange Ghernaouti

Mon attachement croissant à ce foutu appareil, surtout depuis le confinement, où il est devenu un peu ma fenêtre vers l’Extérieur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s